30 avril, 2020

LA VIE SANS SPORTS

Capitaine de la ligue Majeure de Rugby Dan Moor explique comment il fait de sa santé mentale sa priorité durant le coronavirus.
Santé masculine | Histoires vraies | Rester Connecté
6 MIN À LIRE
 

Je m'appelle Dan Moor. Je suis le capitaine des Arrows de Toronto, une équipe de rugby professionnelle qui évolue dans la Ligue Majeure de Rugby (MLR) - une ligue professionnelle basée en Amérique du Nord qui représente le plus haut niveau de rugby du continent. En mars dernier, due à la pandémie de la COVID-19, notre saison a été annulée après seulement cinq matchs dans la saison régulière. Pour moi et pour beaucoup de mes coéquipiers, être un athlète est bien plus qu'une profession. C’est bien plus qu’une passion. C’est notre identité et au cœur de qui nous sommes.

Mais cela étant dit, je ne perds pas de vue que notre saison manquée soit une petite perte par rapport à ce que beaucoup vivent actuellement et à ce que beaucoup d'autres vivront dans les semaines et les mois à venir. De nombreuses personnes dans le monde entier connaîtront des difficultés insupportables. Cependant, je pense qu'il est important de reconnaître que les pertes que chacun connaîtra, nous façonnerons et nous affecterons tous différemment. Ces expériences individuelles auront des conséquences considérables sur notre santé mentale et notre bien-être émotionnel.

 
Image
L’ÉQUIPE DE RUGBY DES ARROWS DE TORONTO
 
 

Pour mes coéquipiers et moi, nous avons perdu l’objectif principal pour nous faire sortir du lit tous les matins. Nous vivrons sans aucun doute des moments où nous nous sentirons perdus. Nous avons également perdu notre réseau de support quotidien créé en étant proches les uns des autres. Le rugby forge des liens plus profonds que tous ceux que j'ai connus dans les autres domaines de la vie; un sous-produit de la nature physique du sport. Mais surtout, nous avons perdu l’opportunité. Les sports d'élite ont une fenêtre définie où un athlète peut physiquement performer à ce niveau supérieur. Savoir que vous avez perdu une saison à votre apogée ou les doutes persistants des «et si» d'une expérience incomplète, seront des choses avec lesquelles nous devrons composer. Bien que ma perspective soit étroite, je sais que la perte du sport et les rituels sociaux qui l'entourent résonnent avec de nombreux hommes qui pratiquent ou regardent le sport de tout niveau.

Dans le sport d'élite, la seule constante est l'adversité - qu'il s'agisse de défaites, blessures ou repêchage. Ces facteurs peuvent ajouter beaucoup de stress et d’instabilité à nos vies, mais ils constituent également un terrain d’entraînement idéal pour faire face à l’incertitude. Auparavant, j’ai joué pour un club professionnel en Angleterre, où le psychologue de l’équipe disait qu’en un an un individu moyen connaît douze hauts et bas, tandis qu’un athlète en connaît cinquante. Ceci témoigne de la façon dont le sport est viscéral et comment l'espace entre les lignes blanches d'un champ est notre arène d'expression la plus libre. Mon expérience dans le sport m'aide à structurer une stratégie pour prendre soin de ma santé mentale durant cette période. J'espère qu'en la partageant, cela peut en quelque sorte aider les autres aussi.

 
Image
UNE RÉUNION ZOOM DES ARROWS DE TORONTO

 

Mon plan:

1) Accepter et en parler. Chaque fois que je fais face à une profonde déception dans le sport, je pense que d’accepter que ce genre de situation est franchement nulle et d’en parler avec un ami proche ou un coéquipier me permet de faire un plan pour attaquer la situation et en sortir grandi. Cela se produit rarement dans une seule conversation.
 
2) Bouger est le remède. Je ne peux pas prétendre en comprendre la science, mais je pense que de bouger tous les jours est absolument essentiel à notre santé mentale pendant cette période.
 
3) La puissance du sommeil. La meilleure récupération après un stress mental et physique est 8 heures de sommeil.
 
4) Nous sommes vraiment ce que nous mangeons. Je sais, c'est ennuyeux - mais bien manger fait une énorme différence.
 
5) Trouvez l'opportunité dans la déception. Habituellement, cela signifie créer un plan pour améliorer une compétence ou regarder une bande vidéo pour apprendre d'une mauvaise décision que nous avons prise précédemment. Cependant, dans cette situation, c'est légèrement différent. Je pense vraiment que le sport ne nous prépare pas bien au monde réel. Personne ne se soucie si vous pouvez lancer une balle de votre main gauche ou faire un bon placage, et à juste titre, car ces compétences ne sont pas transférables en milieu de travail. Il est effrayant de voir combien d'athlètes luttent avec leur raison d’être après le sport. Maintenant, en cette période de distanciation, nous avons l'occasion d'explorer davantage des domaines d'intérêt et d'investir dans de nouvelles compétences qui nous aideront avec cette transition.
 
6) La force est dans le nombre. Rester en contact avec votre réseau de soutien et avoir des conversations significatives les aidera et vous aidera. C’est gagnant-gagnant.

La Covid-19 ne ressemble à rien de ce que j'ai connu auparavant. Bien que je me sente inutile, je pense qu'il est important de voir que nous avons tous un rôle à jouer. J'essaie de me réconforter en me demandant davantage de prioriser ma santé et d'aider mes frères et sœurs à faire de même.

Pour en savoir plus